Rechercher

Ma Prime Rénov comment ça fonctionne ?

Dernière mise à jour : 30 août


MaPrimeRénov’ est une aide financière de l’État pour soutenir la rénovation des logements existants dans un but de meilleures performances et d’économies d’énergies. Le dispositif est du point de vue écologique tout à fait vertueux et présente de nombreux avantages pour ceux qui en font la demande et en bénéficient.

L’action est mise en place depuis janvier 2020 et vient remplacer le crédit d’impôt en vigueur jusque-là pour les travaux d’amélioration. L’État confirme son engagement en octobre 2020 en ouvrant son aide à l’ensemble des propriétaires et copropriétaires du territoire. Il n’y a pas de conditions de revenus et le logement peut être occupé ou en location. Cependant tous les travaux et installations doivent être réalisés par un artisan RGE (reconnu garant pour l’environnement. Ma prime rénov concerne les travaux d’isolation, de ventilation, de chauffage et d’audit énergétique. C’est-à-dire qu’elle permet d’envisager la pose d’isolants intérieurs ou extérieurs, le remplacement des huisseries traditionnelles par du double vitrage, l’installation d’une pompe à chaleur, d’un ballon solaire ou thermodynamique ou encore une VMC double flux. Les avantages de ces équipements sont indéniables, voici ce qu’il faut en savoir.

La pompe à chaleur est un système de chauffage et de rafraichissement du logement à partir d’échanges air intérieur, air extérieur. Pour le dire vite l’air froid récupéré à l’extérieur est chauffé et propulsé à l’intérieur en remplacement de l’air refroidissant. La pompe à chaleur produit aussi l’eau chaude sanitaire. Le système, très efficace et économique, est destiné à remplacer la chaudière à fioul ou à gaz. Les ballons thermodynamiques fonctionnent avec une pompe à chaleur, installée sur leur partie supérieure, qui récupère l’air pour chauffer l’eau. Ces chauffe-eau consomment 75 % d’énergie de moins que les ballons classiques. Ils sont eux aussi équipés d’une résistance à l’intérieur pour pouvoir être automatiquement branchés au réseau électrique en cas de conditions ambiantes inexploitables. Les pompes à chaleur et les ballons thermodynamiques permettent de véritables réductions sur la facture énergétique du logement et bénéficient de l’aide de l’État. Ainsi ils sont maintenant présents dans de très nombreux foyers et leur usage tend à se banaliser.

Le ballon solaire est lui aussi éligible à MaPrimeRénov’ et de plus en plus en usage. C’est un système très simple où le soleil réchauffe le fluide caloporteur stocké dans les panneaux solaires (sur le toit) lequel en circulant réchauffe l’eau contenue dans le ballon, voire également dans les radiateurs ou serpentins du chauffage au sol. Dans ce cas, il s’agit de chauffe-eau combiné ou système solaire combiné (SSC). On prévoit en général un chauffage d’appoint pour les journées au ciel trop gris. Il existe un troisième système, dit système solaire hybride où l’eau chaude est produite par énergie solaire thermique et l’électricité par panneaux photovoltaïques.

Ma Prime Rénov participe aussi à l’installation VMC double flux. Il s’agit ici de ventiler le logement, en particulier lorsque (comme on le souhaite) l’isolation est très performante. Afin d’éviter que l’air vicié s‘accumule et stagne, l’échange d’air est permanent. Tout l’intérêt est que l’air frais entrant est préalablement réchauffé par son échange avec l’air sortant, vicié, mais chaud. Et bien sûr, à l’inverse en été.

De fait la prime rénovation soutient un mouvement croissant vers l’adoption de postures écoresponsable, au moins dans la qualité des rénovations et isolations et le choix des équipements. Pour l’usager, la démarche est utile à l’environnement (non polluante), durable (énergies renouvelables) et efficace (très bon confort) ; malgré des prix initiaux parfois assez élevés, ces installations deviennent finalement réalisables grâce aux aides financières. Pour l’État, il convenait au départ de tenir les engagements pris en 2018, à l’époque de Nicolas Hulot. Il fallait rénover 7 à 8 millions de logements « passoires » et faire disparaitre 1,5 million de logements inefficaces (classe énergétique F et G) avant 2025. C’est le temps de la transition énergétique. Face à la prise de conscience écologique (on est en train de tout détruire) et énergétique (les énergies fossiles s’épuisent) il s’agit d’une véritable chasse et éradication des passoires énergétiques. Mais les choses n’avançant pas assez rapidement, la loi Energie-Climat 2019 visant la neutralité carbone en 2050, prend le relais en s’appuyant sur l’implication financière de l’État auprès des particuliers. Et effectivement l’ouvrage se fait. Se fait tellement bien que depuis janvier 2021 la revalorisation des loyers est conditionnée à la réalisation de travaux et qu’en 2022 il faudra fournir un diagnostic énergétique (et le devis des travaux nécessaires) pour la vente d’un logement. En 2028 les passoires devraient avoir disparu. L’intérêt de réaliser les travaux dès à présent est donc assez évident.

On peut évidemment passer par les chiffres pour se convaincre de l’ampleur de l’opération. Le budget de l’ANAH (Agence nationale de l’habitat) s’élève à 2,7 milliards d’euros pour 2021 ; son objectif pour 2021 est de 600000 logements rénovés soit 400 à 500 000 grâce à MaPrimeRénov’ ; elle peut financer jusqu’à 90 % de vos travaux sous conditions de ressources et nature des chantiers ; le montant de la prime s’inscrit dans une fourchette allant de 2 à 3000 € jusqu’à environ 20 000 €. Mais l’on peut aussi se convaincre de l’intérêt de la prime, du point de vue de l’engagement actif dans la transition écologique, par les économies notables qu’elle permet de réaliser durablement et tout simplement par le nouveau confort qu’elle permet d’offrir au logement et à ceux qui y vivent.




16 vues0 commentaire